Plus l’entreprise communique et multiplie les canaux de diffusion, plus le risque de s’éparpiller, voire de brouiller son image, augmente. Pour garantir la cohérence du message, en adéquation avec la stratégie de communication, un poste clé : le responsable éditorial.

Entre le print (papier pour les non anglophones) et le web (web pour tout le monde), ils sont nombreux les messages que l’entreprise émet à destination de ses clients, de ses concurrents, des institutions et, pour peu qu’elle soit d’une taille suffisante, en interne à destination de ses salariés, franchisés etc. Pour que l’ensemble de ressemble pas à une auberge espagnole, le responsable éditorial veille.

Un super rédac chef on et off line

Gardien des contenus éditoriaux (une sorte de père Fouras), le responsable éditorial définit les rubriques, la taille des articles, le planning de publication, le style, le ton et ce quel que soit le contenu (texte, sons, images, infographies, vidéos) publié sur le site, les réseaux sociaux, mais aussi dans les outils du type emailings, newsletters etc. Pour le print, c’est bonnet blanc et blanc bonnet.

Que vous éditiez une plaquette commerciale remise à jour annuellement ou plusieurs magazines, des flyers, des invitations etc., le responsable éditorial veille à la cohérence de l’ensemble et garantit le respect de l’identité de la marque.

Fini le logo dénaturé sur la plaquette, le post perso du stagiaire en community management qui confond sa page Facebook avec celle de son entreprise, le billet de blog dont on ne comprend pas l’intérêt et, autant que faire se peut, terminé le français approximatif ô combien nuisible.

Le gourou des bonnes pratiques éditoriales

Parfois lui même producteur de contenu (qualités rédactionnelles requises), le responsable éditorial collabore avec les différents intervenants internes ou externes qui en produisent également (du contenu, faut suivre !) et veille, à l’instar de la poule sur ses poussins, au respect de la charte éditoriale.

A lui donc les briefs, le suivi des productions, la relecture (beaucoup), la préparation du comité éditorial, la validation des maquettes et la participation à l’évolution du site. Il est de fait plus judicieux que le responsable éditorial soit partie prenante dans toutes les évolutions envisagées, toujours dans un souci de respect des bonnes pratiques définies en amont.

Le responsable éditorial : votre atout contenu

Que vous soyez une start-up pure player, une institution, une collectivité territoriale, une PME ou une grosse boite, le responsable éditorial est au minimum votre carte maîtresse pour une bonne visibilité sur le web et, si vous multipliez les intervenants et les canaux de diffusion, votre contrôleur qualité pour une communication pertinente, cohérente et donc lisible. A défaut de créer le poste à temps plein, pensez-y en temps partagé ou encore en externalisant la fonction.